« Noli me tangere »

Mgr André Marceau, évêque de Nice, a confié l’animation spirituelle d’une chapelle de la cathédrale Sainte-Réparate aux chevaliers de l’Ordre équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem, consacrée à saint Barthélemy et à saint Alexandre. A la suite d’un incendie accidentel, le 25 décembre 1986, les tableaux, le vitrail, et la châsse de saint Alexandre furent détruits et les marbres et les stucs grandement endommagés. La chapelle fit l’objet d’une réhabilitation par l’Etat au milieu des années 90. Après la restauration complète de la cathédrale achevée il y a deux ans, il est apparu opportun de créer trois nouveaux tableaux originaux pour orner cette chapelle.

La chapelle confiée à l’Ordre du Saint-Sépulcre étant dédiée aux chrétiens de Terre sainte, les oeuvres devaient représenter Jérusalem et le tombeau du Christ. De plus, la majorité des tableaux déjà présents dans la cathédrale évoquaient la passion du Christ ou la mort des saints et des martyrs, laissant peu de place aux représentations de la Résurrection. Il fut donc décidé de concevoir un triptyque autour de l’apparition du Ressuscité à Marie-Madeleine, évoquée dans l’évangile selon saint Jean aux chapitres 19 et 20. Les trois oeuvres (huiles sur toile) représentent :

  • à gauche (2,3 m x 1,7 m) : Jésus déposé au sépulcre par Joseph d’Arimathie et Nicodème (Jn 19, 38-39); Marie-Madeleine pleurant à ses pieds (évocation symbolique de l’onction de Béthanie en Jn 12, 1-3).
  • au centre (3 m x 1,8 m) : l’apparition du Christ à Marie-Madeleine selon le thème classique du « Noli me tangere« , devant le tombeau vide, au milieu du jardin, à côté de l’Arbre de vie (Jn 20, 11-17).
  • à droite (2,3 m x 1,7 m) : Marie-Madeleine courant vers Jérusalem pour annoncer aux disciples que Jésus est vivant, révélant ainsi son titre d’Apôtre de la résurrection (Jn 20, 1-2 et 18).

Ce triptyque est l’oeuvre de Hugo Bogo, diplômé des beaux-arts d’Angoulême, peintre et dessinateur, né à Nice en 1989. En mai 2013, Hugo Bogo participa au premier festival chrétien de bande dessinée organisé à l’église du Voeu. Le travail de conception du triptyque s’est fait dans un dialogue constant et fructueux avec la commission de suivi du projet. Cette dernière est composée des membres de l’équipe de la cathédrale (prêtres et laïcs), du délégué diocésain à l’art sacré et de membres de l’Ordre du Saint-Sépulcre. Hugo Bogo a produit un travail entièrement original en faisant preuve d’une créativité remarquable dans l’élaboration de la composition des scènes évangéliques.

Peuples du Monde n°486

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *